Ce que vous devez savoir pour réussir vos semis au potager

En jardinage, lorsque l’on débute un potager, l’étape du semis peut paraître intimidante. Pourtant, en suivant quelques conseils simples et en procédant par étapes, il n’y a rien de compliqué à réaliser un semis pour ensuite récolter de beaux légumes.

Sommaire :

Quelles sont les conditions du succès d’un semis ?

un jardinier ratisse la terre pour la préparer au semis
Travailler la terre est la clé pour réussir un semis

Préparez bien la terre de votre potager afin qu’elle puisse accueillir vos prochaines cultures. Pour cela, n’hésitez pas à travailler le sol en automne à l’aide d’une fourche‑bêche ou d’une grelinette, et à répéter l’opération au printemps en binant la surface de votre potager avec une griffe.

Pour sa germination, une graine a besoin de deux choses : de chaleur et d’humidité. C’est pourquoi, le plus souvent, les semis ont lieu en avril‑mai, lorsque les températures remontent et que les risques de gelées s’éloignent.

Au fil des années, pensez également à préserver votre stock de semences, en les protégeant notamment des rongeurs. Pour cela, rien de tel qu’une boîte métallique.

Les techniques de semis au potager

Selon la graine, la période ou encore la situation du potager, les techniques de semis peuvent varier. Découvrez les principales méthodes et leurs étapes de réalisation.

Semis en pleine terre

Les techniques de semis en pleine terre (ou semis en place) sont les plus utilisées, car elles concernent la majorité des cultures.

La volée fait également partie des méthodes de semis. Néanmoins, elle demande de l’expérience et s’applique difficilement aux petits potagers.

En lignes

  1. À l’aide d’un cordeau, déterminez la longueur du rang à cultiver et tracez un sillon (ou rayon) peu profond. Vous pouvez utiliser lades graines sont semées en lignes pointe d’une serfouette, ou l’extrémité du manche d’un râteau par exemple.
  2. Espacez suffisamment les rangs pour que les plants aient la place pour se développer.
  3. Lorsque les rayons sont tracés, semez vos graines sans trop les serrer. Pour vous aider, n’hésitez pas à vous servir d’un semoir.
  4. Avec un râteau, recouvrez légèrement les semences.
  5. Tassez faiblement la terre avec le dos du râteau.
  6. Arrosez en pluie fine.

En poquets

Cette technique reprend les mêmes étapes que pour un semis en lignes. La seule différence se trouve dans la zone de semis : les graines sont plantées dans des trous (les poquets) plutôt que dans des sillons.

Utilisez ce procédé surtout pour les fruits et légumes à fort développement comme les haricots, les courgettes, les potirons, les melons, etc.

Éclaircir vos semis

Malgré les soins apportés lors du semis, il arrive que les plantules soient trop serrées au moment de la levée. Il devient alors nécessaire d’éclaircir les rangs. Pour cela, rien de plus simple : il suffit d’arracher les plantules en surnombre et peu vigoureuses. Opérez par temps humide, lorsque la terre est meuble et n’hésitez pas à réaliser un arrosage copieux pour tasser à nouveau la terre qui aura été remuée.

Semez sous abris

Pour les espèces de légumes plus délicates à cultiver (sensibilité au froid, graines fines, etc.), il peut être nécessaire de passer par une culture en conteneur avant de repiquer les jeunes plants.

En pots ou en terrines

Le principe de cette technique est à mi‑chemin entre le semis en place et le semis en godet : vous semez vos graines de la même façon qu’en pleine terre, mais avec la possibilité de protéger vos cultures.

des plantules ont levé après un semis en terrineTous les récipients peuvent être utilisés : terrines en plastique ou en terre cuite, pots de fleurs, etc. Le principal étant qu’ils soient percés au fond pour permettre le drainage de l’eau.

Lorsque vous avez trouvé vos conteneurs, il suffit de suivre les étapes suivantes :

  1. Nettoyez les pots pour éviter la contamination de vos cultures par des maladies ou des champignons.
  2. Créez votre substrat en mélangeant 1/2 de terreau, 1/4 de sable et 1/4 de vermiculite (ou perlite). Vous pouvez également utiliser du terreau « spécial semis » que l’on trouve dans le commerce.
  3. Déposez une couche drainante au fond du pot, en veillant à ne pas boucher les trous. Vous pouvez utiliser du gravier non‑calcaire, des billes d’argile, des tessons de poterie, etc.
  4. Complétez avec votre mélange légèrement humide.
  5. Égalisez le niveau et tassez pour que la surface se trouve à environ 1,5 cm du bord du récipient (le substrat ne doit pas être trop compact).
  6. Déposez à nouveau quelques millimètres de terre fine et tassez légèrement.
  7. Disséminez les graines à l’aide d’un semoir et recouvrez le semis avec du terreau fin.
  8. Faites tremper le récipient au 2/3 de sa hauteur pendant une dizaine de minutes. L’eau remontera par capillarité pour entrer en contact avec les graines.
  9. Recouvrez votre culture avec une vitre que vous retournerez tous les jours pour éliminer les gouttelettes de condensation.
  10. Lorsque la surface se dessèche, arrosez en pluie fine.
  11. Au moment de la levée, soulevez légèrement la vitre à l’aide de cales et placez le pot ou la terrine à la lumière (mais pas au soleil direct).

En godets

Pour cette technique, vous pouvez utiliser les godets en plastique ou en tourbe compressée. Ces derniers ont l’énorme avantage d’être biodégradables et de pouvoir être repiqués directement en pleine terre. Attention toutefois à ce qu’ils restent constamment humides. Sinon, ils durciront et les racines ne réussiront pas à sortir.

En dehors du récipient, le semis en godets suit les mêmes étapes de culture que pour un semis en terrine. À noter qu’il est inutile de prévoir une couche de drainage pour ce procédé.

Repiquez vos plants

Il s’agit d’une épreuve pour les plantes et certains sujets n’y résistent pas. Ils subissent en effet un stress lié à l’arrachement inévitable d’une partie des racines et à l’obligation de s’adapter à un nouvel environnement.

un jardinier repique ses plants de tomate
Le repiquage peut se faire en pot dans un premier temps

Pour toutes ces raisons, le repiquage doit intervenir ni trop tôt (il n’y a pas assez de racines et le plant est trop fragile), ni trop tard (les jeunes sujets ont une meilleure capacité d’adaptation).

La période de repiquage idéale se situe au moment où les plantules sont suffisamment vigoureuses pour être manipulées. Un premier repiquage peut ainsi avoir lieu lorsque les deux premières « vraies » feuilles apparaissent.

L’arrachage des plants doit se faire lorsque le sol est humide. Pour cela, n’hésitez pas à arroser quelques heures auparavant. De plus, afin d’éviter d’abîmer les racines, utilisez un transplantoir.

Lorsque les sujets sont extraits, il est préférable de les repiquer tout de suite après, par temps sombre ou le soir, pour éviter les brûlures du soleil. Si vous ne pouviez pas le faire immédiatement, stockez vos plants dans un endroit frais et légèrement recouverts de terre. Mais n’attendez pas trop.

Quelques astuces complémentaires

  • Il n’est pas toujours facile de semer des graines fines. Pour vous aider, mélangez les graines noires avec du sable clair et les semences blanches avec du marc de café. De cette façon, il sera plus facile pour vous de faire des semis réguliers.
  • Testez vos graines en les faisant tremper dans l’eau. Les bonnes semences se déposent au fond, quand les mauvaises restent en surface.
    Dans le même esprit, pour vérifier la viabilité de votre stock de graines, déposez‑en une dizaine sur du papier essuie‑tout ou un coton humidifiés. Attendez entre 1 à 2 semaines au chaud pour évaluer le pourcentage de germination.
  • Pour faciliter la levée des semences, faites‑les tremper quelques heures avant de les semer. Afin de vous prémunir de la fonte des semis, le trempage pendant une nuit dans une décoction de prêle est également efficace.
  • Enfin, pour ne pas oublier vos cultures, étiquetez‑les avec des repères : on trouve plein d’idées sympas sur Internet.

Cultiver votre potager grâce au semis n’a désormais plus de secrets pour vous. Et si vous désirez agrémenter votre jardin avec des fleurs annuelles, sachez que vous pouvez utiliser les mêmes méthodes.

Laisser un commentaire

120 Views